[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 540: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 126: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 126: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 126: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 126: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 126: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 126: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 126: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4761: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3831)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4763: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3831)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4764: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3831)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4765: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3831)
Apprendre le Kabyle • Afficher le sujet - Idir Ssendu

  • Publicités

Idir Ssendu

vous pouvez poster des musiques et vidéos Kabyles que vous trouvez sur le web. écouter et apprendre des chansons par cœur aide à apprendre une langue.

Modérateur: Amsebrid

Idir Ssendu

Messagepar Damia » 20 Aoû 2009, 19:41

Azul fellawen, fellak°ent

Idir

Artiste: Idir
Chanson: Ssendu

Ssendu, ssendu tefkeded udi d amellal
Ssendu, ssendu aken a neccar abuqal
Ndu ndu ay igi fked tawarect bbwudi
Akken i tt netmenni

Taxsayt i hazen ifassen d kem a yesâig d lbadna
Ula ma laz yetwazem l hif yezzuzmit ccna
Nusad gurem a nessendu taxsayt-iw tegra i lhu
Igi ad yendu yefru s lfedl-ik a baba iynu

Ssendu, ssendu tefkeded udi d amellal
Ssendu, ssendu aken a neccar abuqal
Ndu ndu ay igi fked tawarect bbwudi
Akken i tt netmenni

A taxsayt barka tura nettwali qrib d azal
Gurem i nerrig tutra bgigkem ad rred azal
Ssendug s ufus lqis udi yufrar yetherqis
Kseg d aâbar d nefs-is i temgaret d waraw-is

Ssendu, ssendu tefkeded udi d amellal
Ssendu, ssendu aken a neccar abuqal
Ndu ndu ay igi fked tawarect bbwudi
Akken itnetmenni



Qui peux nous traduire Ssendu?
j'ai vu un message pour une demande de traduction et moi aussi je serai heureuse de comprendre tanemmirt d'avance

Ar tufat[web]http://www.parolesmania.com/paroles_idir_9856.html[/web]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=k7aOxQKMxvs[/youtube]
Avatar de l’utilisateur
Damia
Posteur Professionnel
Posteur Professionnel
 
Messages: 503
Inscription: 06 Mar 2009, 02:00
Etes-vous d'origine Berbère ?: Oui
Parlez-vous Berbère ?: Kabyle
Votre niveau en Berbère ?: Débutant

traduuction s-sendu

Messagepar djouher16-05 » 20 Aoû 2009, 20:23

azul fell-am a damia,
je t'envois la traduction de s'sendu que idir a écrit en hommage à sa mère c'est un artiste qui a bercée toute mon enfance mais je doii dire que meme si je parle le kabyles je cherche moi aussi les traductions car certains vocabulaire m'échappes alors n'hésites pas à demander si tu a une autre chanson...


S-sendu, efkaghd udi da melal
Baratte ! et donne-nous du beurre bien blanc
S-sendu, aken a naccar a vuqal
Baratte ! que l’on remplisse le bocal
Endu, endu a yighi
Baratte-toi petit lait
F-ked tawaract e bwudi
Donne-nous une motte de beurre
Aken itt nett menni
Dont on a envie (comme on le souhaite)

Couplets

Taxsayt i hazen i fasen
Calebasse que les mains étreignent
D-kem a yes3igh d-elvadna
C’est toi, tout mon secret !
Ula-ma laz yettwasen
Malgré la disette...
L-hif yezuznit c-na
Le chant adoucit la misère
Nuzad ghurem ar nesendu
Venant te solliciter...
Taxsayt-iw teghra i l-hu
Ma calebasse appelle le bien
Ighi inu adyendu yefru
Mon petit lait sera clarifié...
Selfedlik a vava ynu
Avec la grâce du seigneur

Ataxsayt barka tura
Calebasse, il suffit!
Attwaligh qriv dazal
Je vois qu’il se fait tard
Arghurem ayderigh tuttra
En venant te quémander..
V-ghigh kem ad-ered azal
Récompense mes efforts
S-sendugh sufus elqis
Secouée d’une main sûre et précise...
Udi yufrar yettherqis
Le beurre flotte et frétille
Ekseghd a3var dennifsis
J’en ai eu pour une mesure et demi
I temghart ed-waraw-is
Pour la vieille et ses petits

A taxsayt meqar kemi
Calebasse, toi au moins...
Teslid i wul mi ig-ceheq
Tu as compris les sanglots du coeur
S-sver yughal ttanumi
Patience devenant habitude...
Z-zay wawal i l-mentaq
Paroles sont lourdes de sens
Avatar de l’utilisateur
djouher16-05
Posteur néophyte
Posteur néophyte
 
Messages: 1
Inscription: 16 Aoû 2009, 02:00
Localisation: caen
Etes-vous d'origine Berbère ?: Non
Parlez-vous Berbère ?: ??????
Votre niveau en Berbère ?: ??????

Messagepar Damia » 20 Aoû 2009, 22:40

azul fell-am a djouher16-05

Tanemmirt-im attas pour ce partage comme toi quelques chanteurs Kabyles ont bercé mon enfance et aidé ma mère à supporter l'exil

Ar tufat
Avatar de l’utilisateur
Damia
Posteur Professionnel
Posteur Professionnel
 
Messages: 503
Inscription: 06 Mar 2009, 02:00
Etes-vous d'origine Berbère ?: Oui
Parlez-vous Berbère ?: Kabyle
Votre niveau en Berbère ?: Débutant

Messagepar izemrasen » 21 Aoû 2009, 11:26

azul !

J'ai le plaisir de venir prendre part dans la diffusion de jolis poèmes du grand Idir que j'adore énormément depuis mon enfance.

Outre une petite présentation, je mets en ligne le poème "A Vava Inuva" avec sa traduction ainsi que la chanson dans ses diverses versions.

Bonne écoute à tout le monde !

Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet est né en 1949 à Ayt Lahcène, dans un village amazighe de Haute-Kabylie. Fils de paysan, le jeune Hamid avait entrepris des études de géologie pour le destiner vers une carrière d'industrie pétrolière. En 1973, il remplace une vedette au pied levé sur Radio Alger et interprète une berceuse. Avant de partir faire son service militaire, il enregistre un titre intitulé "A Vava inouva" (Mon petit papa), en 45 tours. Cette chanson kabyle avec juste la voix d’Idir et sa guitare figure comme le premier grand tube international venu de Tamazgha (Afrique du Nord). Il représente l'affirmation de toute une identité, l’attachement à des racines ancrées très profondément dans la préhistoire et l'histoire de Tamazgha. La chanson "A Vava inouva" sera traduite au fil des décennies dans plusieurs langues.
Après avoir accompli son service militaire, Idir est contacté par la maison de disques Pathé Marconi. Il faut attendre 1976 pour voir sortir un premier album sur lequel on retrouve également "I vava inouva". Après ce premier succès, Idir, en s’installant dans la région parisienne depuis 1975, écrit et enregistre "Ay Arrac Negh" (A nos enfants), un album qui sort en 1979.
Avec cet homme intelligent et sérieux, timide et discret, on va découvrir un grand artiste amazighe qui marquera pour toujours la chanson d’expression amazighe et ce, même s’il s'éclipse environ une dizaine d'années tout en donnant quelques récitals.
Il connaitra une grande relance avec la sortie d'une compilation en 1991 de 17 chansons de ses deux premiers albums. Après un long procès contre son ancien producteur, Idir a eu la possibilité de réenregistrer ses titres précédents, comme le fameux "A vava inouva. Il reste encore jusqu’à nos jours le représentant des communautés Nord-africaines en général et kabyle, en particulier.
Au début des années 1990, paraît un nouvel album "les Chasseurs de lumières" où il chante ses thèmes de liberté, d'amour, d'exil. Il introduit à côté des derbouka, flûte et guitare acoustique, les synthés qui donnent toute une touche de modernité.
Idir a sorti un autre grand album "Identités" en 1999 et ce, en réunissant de nombreux artistes : Manu Chao à Dan Ar Braz, Maxime Le Forestier, l'Ecossaise Karen Matheson, Gnawa Diffusion, Zebda, Gilles Servat, Geoffrey Oryema ainsi que l'ONB. Par cet album, Idir a su rassembler ceux qui prônent l'ouverture culturelle ainsi que la reconnaissance des racines propres à chacun.
En mai 2002, la maison de disques met sur le marché une compilation de nombreux titres de l'artiste, "Deux rives, un rêve". Elle offre la possibilité d'écouter des inédits dont "Pourquoi cette pluie" écrit par Jean-Jacques Goldman et qui évoque le terrible déluge qui s'est abattu sur Alger en novembre 2001.



[align=center]A Vava Inuva [/align]
Txilek lli-yi taburt, a Vava Inouva
Ccencen tizebgatin-im, a yelli Ghriba
Ugadegh lwahc elghaba, a Vava Inouva
Ugadegh ula d nekkini, a yelli Ghriba
Amghar yedel deg wbernus
Di tesga yella yezzizin
Mmis yethebbir i lqut
Ussan deg wqarru-s tezzin
Tislit zdeffir uzetta
Tessallay tijebbadin
Arrac zzin-d i tamghart
Ad sen-tesghar tiqdimin
Txilek lli-yi taburt, a Vava Inouva
Ccencen tizebgatin-im, a yelli Ghriba
Ugadegh lwahc elghaba, a Vava Inouva
Ugadegh ula d nekkini, a yelli Ghriba
Tuggi kecment yehlulen
Tajmaât tettsargu tafsut
Aggur d yetran hejben
Ma d aqejmur n tassaft
Idegger akken idenyen
Mlalen d ayt waxxam
I tmacahut ad slen
Txilek lli-yi taburt,a Vava Inouva
Ccencen tizebgatin-im, a yelli Ghriba
Ugadegh lwahc elghaba, a Vava Inouva
Ugadegh ula d nekkini, a yelli Ghriba

Traduction française.

[align=center]Mon Petit Papa[/align]

Je t'en prie, père Inouba, ouvre-moi la porte
O fille Ghriba, fais tinter tes bracelets
Je crains l'ogre de la forêt, père Inouba
O fille Ghriba, je le crains aussi
Le vieux enroulé dans son burnous
A l'écart se chauffe
Son fils soucieux de gagne pain
Passe en revue les jours du lendemain
La bru derrière le métier à tisser
Sans cesse remonte les tendeurs
Les enfants autour de la vieille
S'instruisent des choses d'antan
Je t'en prie, père Inouba, ouvre-moi la porte
O fille Ghriba, fais tinter tes bracelets
Je crains l'ogre de la forêt, père Inouba
O fille Ghriba, je le crains aussi
La neige s'est entassée contre la porte
« Lihlulen » bout dans la marmite
La tajmaât rêve déjà au printemps
La lune et les étoiles demeurent claustrées
La bûche de chêne remplace les claies
La famille rassemblée
Prête l'oreille au conte
Je t'en prie, père Inouba, ouvre-moi la porte
O fille Ghriba, fais tinter tes bracelets
Je crains l'ogre de la forêt père Inouba
O fille Ghriba, je le crains aussi

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=EM0fECG2rcU[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=U-CkDWYUIKM[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=i6ZZC9wR0io[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=0k1tI5ZgdHg&feature=related[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=EvsmjWPfWt8[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JCpc7ch4nd4[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=WKKSafpNUIE&feature=related[/youtube]
Dernière édition par izemrasen le 21 Aoû 2009, 23:48, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
izemrasen
Posteur expérimenté
Posteur expérimenté
 
Messages: 151
Inscription: 01 Juin 2009, 02:00
Localisation: Tamazgha/At Ziri/At Mzab
Etes-vous d'origine Berbère ?: Non
Parlez-vous Berbère ?: ??????
Votre niveau en Berbère ?: ??????

ssendu

Messagepar Amsebrid » 21 Aoû 2009, 20:06

Azul fellawen, fellak°ent

Permettez-moi de reprendre les deux textes de la chanson Ssendu postés respectivement par Damia et Jouher et comparons les, phrase par phrase. Nous observons des écarts énormes des points de vue transcription et grammaire ( ssendu …S-sendu ?, tefkeded….efkaghed ?, d amellal….da melal ? etc…..). On laisse passer ? :lol:

Damia : Ssendu, ssendu tefkeded udi d amellal
Jouher : S-sendu, efkaghd udi da melal

Damia :Ssendu, ssendu aken a neccar abuqal
Jouher :S-sendu, aken a naccar a vuqal

Damia :Ndu ndu ay igi fked tawarect bbwudi
Jouher :Endu, endu a yighi F-ked tawaract e bwudi

Damia :Akken i tt netmenni
Jouher :Aken itt nett menni

Damia :Taxsayt i hazen ifassen d kem a yesâig d lbadna
Jouher :Taxsayt i hazen i fasen D-kem a yes3igh d-elvadna

Damia :Ula ma laz yetwazem l hif yezzuzmit ccna
Jouher :Ula-ma laz yettwasen L-hif yezuznit c-na

Damia :Nusad gurem a nessendu taxsayt-iw tegra i lhu
Jouher :Nuzad ghurem ar nesendu Taxsayt-iw teghra i l-hu

Damia :Igi ad yendu yefru s lfedl-ik a baba iynu
Jouher : Jouher :Ighi inu adyendu yefru Selfedlik a vava ynu

Damia :A taxsayt barka tura nettwali qrib d azal
Jouher :Ataxsayt barka tura Attwaligh qriv dazal

Damia :Gurem i nerrig tutra bgigkem ad rred azal
Jouher :Arghurem ayderigh tuttra V-ghigh kem ad-ered azal
Avatar de l’utilisateur
Amsebrid
Posteur Professionnel
Posteur Professionnel
 
Messages: 572
Inscription: 17 Avr 2009, 02:00
Localisation: TamazYa
Etes-vous d'origine Berbère ?: Non
Parlez-vous Berbère ?: ??????
Votre niveau en Berbère ?: ??????

Messagepar Amsebrid » 21 Aoû 2009, 20:50

Avatar de l’utilisateur
Amsebrid
Posteur Professionnel
Posteur Professionnel
 
Messages: 572
Inscription: 17 Avr 2009, 02:00
Localisation: TamazYa
Etes-vous d'origine Berbère ?: Non
Parlez-vous Berbère ?: ??????
Votre niveau en Berbère ?: ??????

Messagepar izemrasen » 21 Aoû 2009, 23:43

azul amuqran fell-ak, agma amsebrid et tanemmirt-ik pour tes remarques pertinentes. :)

J’espère que tu passes de très bons moments en cette période des congés.

Agma inu amsebrid a écrit : " Je relève ses quelques expressions et je vais emettre quelques observations quant à leur écriture :

1-.... elli-yi taburt "ouvre-moi la porte" donc ouvrir en kabyle c'est eldi ( ldi)
Je propose : ....eldi-yi tabburt
2-Amghar yedel ..." le vieux enroulé " enrouler : ttel
Je propose : Amghar yettel.....
3-Tislit zdeffir uzetta " la bru derrière : derière= deffir pas zdeffir
4-Arrac ezzin di tamghart : si on traduit, ca donne : les enfants entourent dans la vieille . Je propose : arrac ezzin-d i temghart
5-Ad sen-teghar tiqdimin : je propose : Asen tesghar tiqdimin
."

En retour, je vais commenter et essayer d’expliquer certains phénomènes (i) de Tamazight qui, dans notre cas, concernent tout particulièrement le topolecte amazighe de Kabylie.

Concernant l’observation une (1), tu as touché là une question qui se rapporte à la diachronie de la langue amazighe (ii). C’est vrai que l’on remarque la chute de la radicale [D] dans le cas du verbe « elli » (ouvrir). Le phénomène de la disparition des radicales est bel et bien attesté en l’ensemble amazighe. Pour l’observation deux (2), on a essayé de transcrire « yeddel » afin de refléter l’image acoustique du Kabyle.
En passant à l’observation trois (3), on peut faire remarquer que là on a reproduit la prononciation de ce merveilleux poème d’Idir « zdeffir » dont le « z » est diachroniquement parlant un « s », même si l’on sait que l’adverbe « deffir » est invariable. A ce propos, le s, en topolecte kabyle, signifie dans le cas d’état libre : « en direction de». Bon ! cela est un phénomène que les spécialistes ne cessent de traiter afin de mieux appréhender cette situation.
Pour l’observation quatre (4), il est tout à fait correct de transcrire « arrac zzin-d i temghart » (je te félicite, agma amsebrid, pour ta perspicacité) et ce, sans « e » au début du verbe « zzin » à racine monolitère.
Quant à la dernière observation « ad sen teghar tiqdimin », on devrait transcrire « ad sen-tesghar tiqdimin » (il y a eu omission de transcrire le « s » dans « tesghar ». Là on peut faire remarquer qu’à l’écrit, on doit transcrire la particule du futur « ad » même si elle n’est pas prononcée. Par exemple, on écrit : "ad inigh" (je dirai) et ad s-inigh (je lui dirai), ad awigh (j'apporterai), ad s-awigh (je lui apporterai), etc...

Parlant de la diachronie amazighe, je pense qu’il est préférable de ne pas forcer les gens d’un seul coup à changer les prononciations auxquelles ils se sont habitués depuis leur naissance. Le redressement lexical amazighe est à mon avis un travail de longue haleine.

N.B. j’ai apporté les correctifs nécessaires au poème « A Vava Inuva ».

(i) Je transmets infra un article (intitulé Richesse lexicale dans la diversité sémantique de Tamazight) que j’ai diffusé depuis des années dans une revue et ce, pour illustrer un petit peu le phénomène de la diachronie en Tamazight; puis en (ii) une explication donnée sur le phénomène de la chute des radicale en l'ensemble amazighe. Les voici.

[align=center]Richesse lexicale dans la diversité sémantique de Tamazight[/align]

La langue, en tant qu’ensemble servant à transmettre et les messages et les idées, est un instrument de communication usité par les membres d’une communauté linguistique. Une communauté est toujours soumise aux différents et divers facteurs tels l’histoire, l’économie et la politique ; elle est aussi influencée par l’étendue géographique. Les liens qui unissent la langue et la société sont très étroits à tel point qu’il est impossible de parler de la langue sans parler de la société. Et la langue reste toujours le résultat des situations sociales, culturelles, économiques… et politiques qui se suivent dans le temps et dans l’espace. Ainsi, la langue qui réfléchit la situation existentielle de la communauté linguistique, n’est jamais par qualités intrinsèques faible ; elle est plutôt l’image de la société dont les divers facteurs sociaux (idéologiques, culturels, économiques, institutionnels, politiques…aussi bien que psychologiques) jouent le rôle prépondérant dans l’existence de la langue.
La langue amazighe comme d’ailleurs toute langue, et avec ses stratifications inter topolectales, ne fournit pas un cas d’homogénéité particulièrement au plan lexical. Elle connaît un ensemble de variantes topolectales aussi riche et aussi diversifié – même si l’on reste dans un même champ sémantique, l’image sémantique d’un mot peut se différer plus au moins sensiblement d’un topolecte à un autre –. Tandis que l’homogénéité grammaticale est la plus évidente.
La superficie (aussi bien que la vaste étendue historique) que se partagent les topolectes amazighes est tellement immense que cela n’est pas sans entraîner une hétérogénéité en particulier aux plans phonétique, morpho-syntaxique et lexical(-sémantique). L’écart lexical est dû aussi aux modifications des situations sociales en entraînant des répercussions sur la langue et des mutations dans le comportement linguistique.
En effet, la situation amazighe se présente comme suit : chacun des parlers puise continuellement dans son arsenal de moyens linguistiques et ajoute jusqu'à un degré aux caractéristiques communes d’autres traits spécifiques(-évolutifs), et ceci, dans une filiation inter-topolectale à établir.
Les sons et leur(s) signification(s) sont indissociables de la vie la plus profonde de l’Amazighe, à distinguer la valeur lexicale d’un mot et la (les) situation(s) contextuelle(s) où le mot est employé, puisqu’un seul mot peut avoir plusieurs significations (polysémie), déjà pour un même topolecte. La concordance lexicale en Amazighe n’est en grande partie imparfaite que d’apparence, et ce, à cause de la parenté génétique qui comporte d’amusants glissements et évolutions de sens et de forme, d’un parler à l’autre et, à des degrés plus hauts, d’un topolecte à l’autre. Dans beaucoup de cas on n’arrive pas à avoir ce que l’on cherche dès le début. Mais dans la quasi-totalité des situations de souche amazighe, on peut finir avec plus ou moins d’aisance par trouver un correspondant dont la racine est attestée dans les parlers en comparaison, en suivant les parallélismes reconnus dans l’état amazighe général. C’est ainsi qu’une même racine peut témoigner de deux mots de sens identique, voisin, divergent ou dissemblable ; ou au contraire, deux racines différentes peuvent être à l’origine d’un sens absolument ou relativement identique. Les créations et les transformations existent toujours, mais la langue ne retient et ne généralise qu’un minime ensemble de créations. Pourtant, c’est à partir de ce minime ensemble que la divergence s’accentue avec l’écoulement des périodes.
On peut commencer dans des questions à connaître les éléments qui constituent les sons les plus irréductibles, ensuite les sons proprement dits, puis les possibilités de combinaisons de sons, c’est-à-dire racine, mot et enfin combinaison et fusion de deux racines, voire plus. Cependant les frontières entres ces niveaux restent discutables. Ce n’est pas comme l’exactitude mathématique qui consiste à dire que la somme des angles d’un triangle soit toujours égale à la somme de deux angles droits.
Au stade actuel de connaissances de la langue amazighe, les variantes sont dues aux différentes transformations lexicales, dont il peut être évoqué la métathèse, la dissimilation, la réduction et l’augmentation, l’assimilation, le changement phonétique, l’effacement et la disparition de la composition, le nivellement,…et l’alternance.
Bien que les phénomènes concernant la variation lexicale sont d’une complexité, je me borne dans ce papier à aborder une situation très limitée en partant des sens liés aux notions « hier » et « maintenant » afin d’esquisser et d’exposer une idée sommaire illustrant la richesse lexicale dans la diversité sémantique de Tamazight.
Le terme asennat’ « hier » attesté chez les At Mz’ab (Mozabites) se compose de as + nned’.
Asennat’, pour lequel l’interprétation que j’ai donnée se base sur la concordance signifié/signifiant ou si l’on veut dire image sémantique/image acoustique dans la variante topolectale Tumz’abt, connaît une régulation sémantique dans les topolectes amazighes qui connaissent cette forme.
Je prends pour point de départ trois topolectes amazighes distants les uns des autres du point de vue géographique, pour dégager un raisonnement sur le terme asennat’.
Le sens d’« hier » est véhiculé chez les At Mz’ab par asennat’. Le Kabyle de sa part, connaît id’elli et le Chawi asennat’. Alors que dans ce dernier topolecte, id’elli est employé pour dire « la nuit passée », et pas « hier ».
Les données lexicales de cette situation aidant, il y a toute raison de penser que les deux termes asennat’ et id’elli auraient pu exister dans le passé et en même temps dans les deux topolectes des Kabyles et des At Mz’ab. Dans cette supposition, ils auraient découlé et dû être formés selon les besoins sémantiques de la société (communautés topolectales) de cette époque (inconnue) et ce, à partir des éléments de base, à savoir, pour le cas du composé id’elli : id’ « la nuit » + lli « passer... ». Ceci se manifeste en s’accordant avec les fonctions amazighes synchroniques actuelles. Et, pour ce cas, c’est le Chawi qui explique que le sens de id’elli « le jour passé, asennad’ chez les At Mz’ab » qui, en Kabyle, ne peut être qu’une évolution du sens (antérieurement diachronique) de « la nuit passée ». Cette situation est corroborée par les matériaux linguistiques attestés dans l’état général de la Tamazight. Il est utile de dire que l’adverbe de temps id’elli nni « la veille » attesté en Kabyle, soutient l’idée que id’elli a signifié dans le passé et dans ce même topolecte « la nuit passée », en raison du fait que, comme il était de leur habitude, les sociétés amazighes se référaient au temps en comptant habituellement les jours par les nuits.
Par analogie à cette composition, le terme asennat’, en partant du sens « le jour passé », s’explique harmonieusement par : as + nned’ (t).
Il est théoriquement valable d’avoir les formes composées *id’ennat’ « la nuit passée » et *aselli « le jour passé ». Dans cette optique, il est linguistiquement possible en ce sens que les règles qui régissent les relations des éléments en Amazighe, permettent de telles compositions, mais la langue (au moins pour les topolectes traités ici) n’a pas voulu que ça soit ainsi.
Il y a une approche à faire avec le verbe nned’ qui, paraît-il, est dérivé par le morphème n, à partir de la monolitère D’. Sous peine de faire une présentation sous un faux jour, je préfère pour le moment m’arrêter ici en disant que le domaine de la recherche en Amazighe est perméable à être profondément investi. Il devra connaître de sérieux progrès à l’avenir.
Quant à l’adverbe imar’u « maintenant », attesté chez les At Mz’ab, il aurait pu être transcrit avec imar[o], car d’après le point de vue diachronique, ce n’est pas le r qui est emphatisé. Cette transformation phonétique ne peut être considérée systématique chez ces derniers locuteurs amazighophones.
En se conformant à la situation globale, et à partir des matériaux lexicaux attestés dans d’autres topolectes, imar’u doit, à partir du fait qui dit que les valeurs émanent du système général, s’analyser en :
Imar = temps, moment...
u (qui n’est que la contraction ou la simplification en état d’annexion du pronom démonstratif masculin wu « celui-ci »).
La forme composée imar’u a donné le sens de « actuellement, maintenant ».
La lettre r s’est transformée pour devenir emphatique sous l’influence de l’élément voisin wu et ce, par contamination. Ce phénomène est bien attesté en Tumz’abt. On réalise par exemple : am’m’u qui est une formation à partir de am + wu « comme ça ».
Comme u des At Mz’ab correspond à a des Chawi, des Kabyles…), imar’u peut se comparer facilement avec la variante imira attestée en Tacawit, et qui s’analyse en :
Imir : temps, moment...
a : contraction de wa.
On peut opposer systématiquement la contraction de wa/a (en état d’annexion) connue des Kabyles et des Chawi en wu/u de Tumz’abt. On réalise dans cette dernière variante wu « celui-ci » et agherm-u « cette cité (-ci) ». Il y aurait là une étude à faire au plan diachronique.
De même pour ntur’u de Tumz’abt, il doit s’analyser en :
n = de (du complément déterminatif).
t(-u ) = préfixe du féminin.
r= racine monolitère renfermant l’idée du temps.
u : pronom démonstratif masculin.
La série dans son ensemble détaché : n-t-ur’-u, donne à partir les règles de Tumz’abt le sens de « de maintenant ». Mais, pourquoi ntur’u signifie dans l’état synchronique (actuel) de Tumz’abt tout à l’heure (dans le passé) et pas « maintenant ». Il n’est question ici que d’un changement de sens. C’est les faits diachroniques et leurs complications spatiales qui créent généralement la diversité des formes. Il est puéril de croire que les mots ne peuvent se transformer du point de vue sens (conceptuel) et forme (phonique), ou restent figés dans le temps. Ceci se confirme bien partout où la langue est vivante. Bien entendu, je donne un exemple qui est très connu de nos jours dans le topolecte des At Mz’ab : « je suis malade, incapable... » se réalise à Tagherdayt ul zmiregh, tandis qu’à Berriane, on dit : lligh zemregh, pour le même sens.
En revenant à la question abordée, je précise que la forme kabyle tura « maintenant » explique l’évolution du sens de ntur’u. L’image morphologique de tura s’analyse comme suit :
t (-u )= préfixe du féminin.
R = racine monolitère renfermant l’idée du temps.
a = pronom démonstratif masculin.
On emploie dans d’autres topolectes n tura pour signifier « de maintenant ». C’est l’idée de laquelle s’est développé le sens de n-tur’u, chez les At Mz’ab.
En passant, je tiens à préciser que l’essentiel de la méthode d’analyse des éléments lexicaux consiste à rechercher dans un signe à contenu senti composé le contenu non-composé, ou si l’on peut dire les éléments primaires qui apparaissent ou se répètent aussi dans d’autres contenus de la langue, à condition que ça soit vérifié et confirmé conformément à l’ensemble des variantes. Pour ce faire, il faut avoir déjà des outils lexicaux, et, de préférence, des connaissances dans cet ensemble linguistique, en observant les règles données dans la structure globale avec toutes leurs correspondances et manifestations.
Il est attesté dans l’ensemble amazighe toute une famille lexicale à racine r (dans des formes primaires, dérivées ou composées) dont je puis citer :

En Taqbaylit (sources verbales) :

Imir : temps.
Imiren : au temps, à l’époque...
Akka amira : à pareil moment (c’est un composé).
S imir : depuis.
Imir nni : alors, ensuite
...

En Tacawit (sources verbales) :

Imir : temps.
Imira : maintenant.
...

En Tamahaq (sources verbales) :

Tarut : heures du milieu du jour.
...
Les situations sont beaucoup plus profondes que ce qui vient d’être exposé. D’autres mots peuvent être soupçonnés en rapport de dérivation et de composition avec la racine monolitère R renfermant la notion du temps, comme imal « futur » qui est plausiblement issu de imar. Il est en accord avec l’évolution r > l attestée selon des régions amazighophones où ce phénomène de transformation est d’un poids considérable. Il peut être rajouté aussi yur, yennar, taziri/tiziri (< tasiri/tisiri = clair de lune), Ziri...

Conclusion

On peut en conclure qu’en causant un état d’hétérogénéité lexicale, des phénomènes concernant la variation lexicale ne sont qu’apparents. Dans l’état synchronique actuel, deux racines (voire davantage) de souche amazigh peuvent être employées suivant les évolutions et les différents choix des communautés topolectales pour arriver à véhiculer un seul et même sens (cas de asennat’/id’elli), ou le contraire, une racine est à la base de donner des formes (primaires ou dérivées) identiques seulement d’un point de vue image sémantique (cas de tura/imira/imar’u).
L’hétérogénéité lexicale de la langue Tamazight, dans beaucoup de cas, n’est qu’à cause soit des situations évolutionnaires, soit des choix des matériaux lexicaux, soit des variations dans les idées auxquelles sont attachés les sens.


(ii) L’essentiel de la méthode d’analyse des éléments lexicaux consiste à rechercher dans les éléments primaires qui se répètent aussi dans d’autres contenus, à condition que ça soit vérifié et confirmé dans l’ensemble des topolectes, voire des parlers. Le principe de la méthode appliquée consiste à dégager une analyse à un double plan. Le premier est celui du vocabulaire du même topolecte, voire parler, c’est-à-dire les comparaisons, les entrecroisements et les dépouillements sémantiques-morphologiques qui se manifestent par des unités sémantiques identifiables (plus petites), et qui permettent de dégager toujours au sein d’un même dialecte une vision non seulement synchronique, mais, bien souvent, diachronique. À titre d’exemple, dans une famille lexicale d’un même état synchronique et d’un même dialecte comme celui des At Mzab, il est relevé le verbe uwc (donner) aussi bien que le nom nfac (= don, aumône...), à catégorie d’origine non nominale.
Le premier donne à penser à une racine de forme WC, alors que le deuxième, qui s’analyse en n (préposition, à ne pas confondre avec le morphème dérivationnel n) + fac (donner), permet d’arriver à la racine FC qui, dans le même dialecte, tolère d’ores et déjà deux suppositions : WC > FC ou bien WC < FC (dans un dialecte, deux états = deux voies diachroniques possibles).
Le deuxième est celui de la comparaison des diverses variantes, c’est-à-dire des situations faisant l’objet d’une vision plus profonde, voire générale de l’ensemble. Suite à notre exemple, et étant donné que l’évolution / k / > / č / (> / c /) est déjà établie, nous arrivons à FK > FČ > FC. Ce n’est qu’en analysant les autres dialectes accessibles que nous sommes poussés à conclure par transitivité FK > WČ > WC, en justification avec ces diverses situations. L’interversion isolée des radicales dans KF est propre aux Imuhaq (y a-t-il des éléments dans ce dernier dialecte qui peuvent aller en faveur de confirmer la situation évolutionnaire : FK > KF ?).
En conclusion, la situation se manifeste comme suit: FK > FČ > FC > WČ > WC (> C). D’où la racine FK propre aux dialectes du Nord.
Ce sont ces ressemblances qui doivent être soumises à un examen de plus en plus minutieux au fur et à mesure que les règles de reconstructions se font de plus en plus élaborées.


Tanemmirt pour votre attention !
Avatar de l’utilisateur
izemrasen
Posteur expérimenté
Posteur expérimenté
 
Messages: 151
Inscription: 01 Juin 2009, 02:00
Localisation: Tamazgha/At Ziri/At Mzab
Etes-vous d'origine Berbère ?: Non
Parlez-vous Berbère ?: ??????
Votre niveau en Berbère ?: ??????

Messagepar izemrasen » 23 Aoû 2009, 22:54

azu fell-awen :)

Veuillez trouver infra un des chefs-d’œuvre d’IDIR : « Pourquoi Cette Pluie ? » y compris son émouvant poème.

Timensiwin/Bonne nuit

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rgAJMneX8uU[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Luedi2YReI0&NR=1[/youtube]

[align=center]Pourquoi Cette Pluie ?

Tant de pluie tout à coup sur nos fronts
Sur nos champs, nos maisons
Un déluge, ici l'orage en cette saison
Quelle en est la raison ?

Est-ce pour noyer tous nos parjures ?
Ou laver nos blessures ?
Est-ce pour des moissons, des terreaux plus fertiles ?
Est-ce pour les détruire ?

Pourquoi cette pluie ?
Pourquoi est-ce un message, est-ce un cri du ciel ?
J’ai froid mon pays, j'ai froid
As-tu perdu les rayons de ton soleil ?

Pourquoi cette pluie ?
Pourquoi est-ce un bienfait ?
Est-ce pour nous punir ?
J’ai froid mon pays, j'ai froid
Faut-il le fêter ou bien le maudire ?

J'ai cherché dans le livre, qui sait ?
Au creux de ses versets
J'y ai lu : "cherche les réponses à ta question, cherche le trait d'union"

Une mendiante sur mon chemin
Que fais-tu dans la rue ?
« Mes fils et mon mari sont partis un matin
Aucun n'est revenu »...

Pourquoi cette pluie ?
Pourquoi cette eau, ces nuages qui nous étonnent ?
Elle dit : « cette pluie, tu vois,
ce sont des pleurs pour les yeux des hommes. »

« C'est pour vous donner des larmes
Depuis trop longtemps elles ont séché
Les hommes n'oublient pas les armes
Quand ils ne savent plus pleurer »

Coule pluie, coule sur nos fronts...[/align]
[align=right]IDIR[/align]
Avatar de l’utilisateur
izemrasen
Posteur expérimenté
Posteur expérimenté
 
Messages: 151
Inscription: 01 Juin 2009, 02:00
Localisation: Tamazgha/At Ziri/At Mzab
Etes-vous d'origine Berbère ?: Non
Parlez-vous Berbère ?: ??????
Votre niveau en Berbère ?: ??????

Messagepar Damia » 21 Sep 2009, 21:03

petite question, je veux remercier izemrasen et Amsebrid
merci à toi:
tanemmrt-ik au masculin
tanemmirt-im au féminin


alors merci à vous masculin:
Tanemmirt nwi

Juste le droit d'exister à travers notre identité
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=UCWVZyjz0Cw[/youtube]

Je dédie cette chanson à mes deux sœurs qui portent le voile par fatalité et non par choix.
Qui un jour m'ont livré le secret des femmes voilées confinées dans la cuisine les larmes plein les yeux, la colère dans les poings
Je vous assure que ce... jour là le pain était salé à point et pétri à souhait!!!

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=YrXBNq5WyFk[/youtube]
Avatar de l’utilisateur
Damia
Posteur Professionnel
Posteur Professionnel
 
Messages: 503
Inscription: 06 Mar 2009, 02:00
Etes-vous d'origine Berbère ?: Oui
Parlez-vous Berbère ?: Kabyle
Votre niveau en Berbère ?: Débutant

Messagepar Moh » 21 Sep 2009, 21:28

Avatar de l’utilisateur
Moh
Webmasteur
Webmasteur
 
Messages: 1238
Images: 59
Inscription: 25 Mai 2008, 02:00
Localisation: Derrière vous...
Etes-vous d'origine Berbère ?: Oui
Parlez-vous Berbère ?: Kabyle
Votre niveau en Berbère ?: Confirmé

Messagepar Damia » 21 Sep 2009, 21:44

Avatar de l’utilisateur
Damia
Posteur Professionnel
Posteur Professionnel
 
Messages: 503
Inscription: 06 Mar 2009, 02:00
Etes-vous d'origine Berbère ?: Oui
Parlez-vous Berbère ?: Kabyle
Votre niveau en Berbère ?: Débutant

Messagepar Moh » 21 Sep 2009, 22:46

Avatar de l’utilisateur
Moh
Webmasteur
Webmasteur
 
Messages: 1238
Images: 59
Inscription: 25 Mai 2008, 02:00
Localisation: Derrière vous...
Etes-vous d'origine Berbère ?: Oui
Parlez-vous Berbère ?: Kabyle
Votre niveau en Berbère ?: Confirmé

Re: Idir Ssendu

Messagepar waleeed12 » 24 Mar 2016, 06:31

Moh et bien je vais faire des fautes juste pour que tu viennes dans le forum :lol:
waleeed12
Posteur néophyte
Posteur néophyte
 
Messages: 1
Inscription: 24 Mar 2016, 06:27
Etes-vous d'origine Berbère ?: Oui
Parlez-vous Berbère ?: Chenoui
Votre niveau en Berbère ?: Professeur


Retourner vers Musique et vidéos

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron